Biographie de Louis MONZIES

Louis Monziès est né à Montauban le 28 mai 1849 dans une famille de juriste, il est le second fils de Antoine-Martial Monziès, avoué, et de Claire Joséphine Monthieu de Sauveterre. Il a été enregistré comme “Jules Louis Monziès”, mais son prénom d’usage sera Louis.

Acte de naissance le 28 mai 1849 à Montauban (Source : archives départementales)

Après un passage dans l’armée du Général Bourbaki en 1870, il rejoint Paris en 1871 où il devient l’élève des peintres Jean-Louis Ernest Meissonier, Isidore Pils, et du graveur Léo Gaucherel. Sa carrière démarre réellement en 1876 et il obtient une Médaille de troisième classe en 1876 une médaille de seconde classe en 1878 ainsi qu’une Médaille d’Or du Salon de 1881.

Il épouse Eugénie Alphonsine Courtignon le 16 février 1882 à Cherbourg. Ils se partagent alors entre Landemer et Paris où le couple emménagera en juillet 1882 dans un appartement au 158 boulevard Malesherbes. Un premier enfant, Jean, né en juillet 1889 et il sera suivi par un second, Pierre, en 1891 et par un troisième, Jacques, en 1895.

Acte de mariage à Cherbourg le 16 février 1882 (Source : archives départementales)

Monziès réalise alors de nombreuses gravures : illustrations de livres et interprétations gravées d’œuvres, notamment de Meissonier et de Henri Pille. Il devient membre de la Société des Artistes Français en 1884. L’évolution des techniques d’édition et la photographie rendent une carrière de graveur plus difficile. Mais Louis participe activement à la vie artistique de la capitale en fréquentant le salon des Hédouin (veuve et sœur du graveur Edmond Hédouin) ainsi que celui de l’éditeur Lemerre dont il illustre les publications des autres écrivains de ce salon littéraire. Il continue aussi à voir régulièrement Meissonier à Poissy. Le 2 mai 1894 Louis Monziès est nommé à la Royal Society of Painters-Etchers (Société Royale des Peintres Graveurs à l’Eau Forte) dont Rodin a aussi été membre.

Photo-LMLouis Monziès dans son atelier devant un tableau de l’entrée de la cathédrale du Mans

Pour faire face à la baisse des revenus apportés par la gravure, Louis Monziès se rend en mars 1895 au Mans et il devient professeur de dessin au Collège Sainte Croix en avril 1895. Il donne aussi des cours de dessin à domicile. À partir de 1899, il exercera aussi une activité de restauration de tableaux ou dessins en complément. Louis reprend la peinture en 1905 et commence à vendre des tableaux. Une exposition à Montauban début 1908 suivie par d’autres, notamment dans la galerie de Mme Querville au Mans en 1911 et 1912. Pendant la guerre de 14-18, Louis vendra de nombreuses aquarelles dont certaines ont été achetés par des officiers américains logés par le peintre en 1918 et 1919.

Louis est nommé conservateur des trois Musées du Mans le 22 mars 1920 par le Ministre de l’Education et des Beaux Arts, André Honnorat. Il va organiser le transfert des collections des salles de la Préfecture vers l’Hôtel de Tessé et suivre l’installation du nouveau Musée de la Reine Bérengère. Il va alors se consacrer de plus en plus à son activité de Conservation des Musées au détriment de sa production artistique. Il est décédé dans sa maison de la rue Cauvin au Mans, le 13 mars 1930 à l’age de 81 ans.

Nécrologie par Félix Bouisset, conservateur du Musée Ingres à Montauban (Source : BNF-Gallica)

Top