Lieux d’inspiration de Louis MONZIES

De son Montauban natal au Mans où il finira sa vie, Louis Monziès est passé par les cercles artistiques parisiens de la fin du XIXème au bord de mer du côté de Cherbourg où il se maria.

Montauban et sa région

Louis Monziès est né à Montauban le 28 mai 1849, ses parents habitaient alors Faubourg du Moustier qu’il quittera à 17 ans pour faire sa carrière entre Paris, Gréville dans la Manche et Le Mans. Il reviendra assez peu dans la région de Montauban, si ce n’est pour des visites familiales.

Il fera néanmoins une exposition à Montauban en 1908 et il vendra à cette occasion quelques tableaux au Musée Ingres de la ville qui conserve aujourd’hui trois de ses huiles et deux eaux-fortes originales. Louis Monziès a eu une commande en 1901 de la “Société de la Gravure” pour réaliser une gravure d’une Pastorale de Boucher qui est conservée au même Musée Ingres.

Félix Bouisset, conservateur du Musée Ingres, reportait en 1930 que Louis Monziès avait peint “quantité d’aquarelles” de Montauban et de sa région : Najac, Saint Antonin ou Bruniquel. Cependant les aquarelles de ces villages cités restent elles aussi à trouver… Seules quelques aquarelles du village de Cazals, situé à une trentaine de kilomètres de Montauban, ont été conservées dans les collections de ses descendants :

Aquarelles de Cazals (Collections particulières)

Paris

Louis Monziès est arrivé à Paris à l’âge de 17 an pour apprendre la peinture et le travail de l’eau-forte dans les ateliers de Pils, de Gaucherel et de Meissonier. On le retrouve habitant au 21 boulevard des Batignolles en 1879, ensuite au 59 rue Lepic juste avant son mariage en 1882, puis enfin dans un appartement plus vaste au 158 boulevard Malesherbes. Louis a surtout réalisé des eaux-fortes pendant cette période et il y a pratiquement pas de scènes parisiennes peintes ou gravées dans l’œuvre de Louis Monziès à l’exception de quelques gravures comme celles illustrant Notre-Dame de Paris de Victor Hugo.

Facade du 158 boulevard Malesherbes (Source : Google Street)

Gréville – Landemer

Sur les conseils de son ami Félix Buhot, Louis Monziès fit construire une maison sur la commune de Gréville où est le hameau de Gruchy, lieu de naissance de Jean-François Millet. Il y vécu quelques années autour de son mariage en 1882. En 1889, le peintre Henri Delavallée (1862-1943) vint dans son atelier et y réalisa quelques eaux-fortes de Gruchy en hommage à Millet. Louis retourna ensuite assez souvent dans cette maison avant de la vendre en 1895 lorsqu’il s’installera au Mans.

Maison natale de Millet à Gruchy (Collections particulières)

Le Mans – La Ferté Bernard

Louis Monziès arrive donc au Mans en 1995 et il commence une nouvelle carrière comme professeur de dessin au Collège Sainte Croix puis de conservateur des Musées du Mans à partir de 1920. Il habite d’abord au 16, rue Bergère (devenue rue Paul Marchal) puis au 18 rue Saint-Croix en enfin au 6 rue Cauvin à partir de juillet 1914. Il y décédera en 1930 à l’âge de 81 ans. On a conservé de nombreux tableaux et aquarelles de cette époque où il a sillonné la région du Mans

Rue des Chanoines au Mans (Collection particulière)

Ballades au fil de l’œuvre

Retrouvez les lieux d’habitation de Louis Monziès dans les ballades ainsi que les lieux dessinés, peints ou gravés au Mans, à la Ferté-Bernard et dans d’autres lieux.

Vous pouvez aussi parcourir l’ oeuvre en utilisant la carte avec les documents géolocalisés.